CHAVIRE live by Laure Ghilarducci
Exclusive Streams

“Now that flames are everywhere” – CHAVIRÉ premiere new record, share a vivid snapshot of imaginative writing

CHAVIRE by Laure Ghilarducci, fb.com/loluphotography/
Soon after their last year’s charity split with BASTOS on Smart & Confused (FR), Seitan Hell Bike Punk (SP), Moshed Potatoes (BE), and Missed Out Records (US), Nantes based emo post hardcore punks CHAVIRÉ are back with new captivating record! With just one demo and 2 proper releases on Stonehenge Records, quickly made a name for themselves within European punk scene and now have slightly shifted their focus.  Their new offering seems to be even more slow-burning, finding the band in a place of great maturity, exhibiting organic musicianship and making it nearly impossible to not be enraptured by its genuine feel. Today, we’re giving you a full presentation of the record, including the band’s first hand commentary, tour dates with BIRDS IN ROW and HEAVY HEART, original lyrics for each and every song, as well as mini-interview about their new view on things, themes behind this amazing record, and more! Check out the huge feature below, play it loud, and share!

Maintenant que les flammes sont partout” (“Now that flames are everywhere”) was recorded in four days in January 2019 at Corner Box Studio with Antoine Lacoste who recorded BELLE ÉPOQUE’s mid-00s emotive screamo masterpiece « À la dérive » fifteen years ago. He mixed it in March and Dan Coutant mastered it a few weeks after at Sun Room Audio. Atelier McClane made the whole artwork, the cover that can be seen below and twenty more booklet pages that go along with the record.

Pochette by Chaviré - record cover

Maintenant que les flammes sont partout – cover art by Atelier McClane.

The band commented:

« Maintenant que les flammes sont partout » (Now that flames are everywhere) has been written during a week of summer and one of winter. In the six months that separate them we saw the rising of the « gilets jaunes » (yellow vests) movement and realized that at some point, what made them so strong was their ability to renew with the forms of struggle and resistance. This record is a testimony of researches, to renew the forms we are used to play punk with. We tried to take some distance from the « angry political punk » we’ve been allocated to. Not because we did not agree with it anymore, but because it’s nothing more than a veneer, a cool one for sure, but just a veneer.

CHAVIRÉ are touring this summer with longtime friends BIRDS IN ROW and HEAVY HEART!

We’re very pleased and honoured to share these two weeks with them going to Fluff Fest. Also we’re excited coming back to Fluff after our last show there two years ago.

Here are all the dates:

14/07 Wiesbaden,DE at Kreativfabrik
15/07 Hannover, DE at Bei Chez Heing
16/07 Aalborg, DK at 1000 Fryd
17/07 Copenhagen, DK at Ungdomshuset
18/07 Leipzig, DE at TBC
19/07 Wroclaw, PL at DK Luksus
20/07 Warsaw, PL at Poglos
21/07 Krakow, PL at Warsztat
22/07 Bratislava, SK at Kulturak Klub
23/07 Kosice, SK at Colloseum
24/07 Budapest, HU at Durer Kert
25/07 Zagreb, HK at Mocvara
26/07 TBA
27/07 Wiener Neustadt, AU at Triebwerk
28/07 Rockykany, CZ at Fluff Fest

Continued below…

CHAVIRE live show with BIRDS IN ROW

Interview:

This record seems to be somewhat of a breakthrough for you guys, is that right ? How have you evolved over the years and how would you expound on the statement that this new offering is a « testimony of researches, to renew the forms » you’ve been developing over the years ?

The four of us think that this record actually sounds a bit different than the songs we wrote so far. More precisely we would say that the album follows the way we started to pave with the previous records as it takes distance from the « screamo-ish » songs we released on our first demo, getting closer to more personal stuff — something more « our thing ». Back in the days when we started this band we really wanted CHAVIRÉ to be the heir of those bands we were influenced by and fans of, but soon we realized it did not make any sense to be a copycat. From then on, the most sincere move we could make was to pursue what was started by those bands, as a legacy.

We’ve been playing music together for some time now and over the mutual love we share we also wanted to play something personal, anything that binds politics — or ethics — with poetry. At some point we felt that punk needed some poetry again, as much as poetry needed to be kicked out of its withdrawal into itself.

What’s the veneer you mention ?

At some point we had the strange feeling that some people had labeled us as a « radical and political punk band », alongside bands who seemed to enjoy the categorization because it is considered as « glorious » or « cool ». We did not feel very comfortable with this position as we did not recognize ourselves in it. In fact, to be labeled as « radical » or « political — as a band — does not say anything about the world we are living in, or about the way we oppose it. It means nothing but an accumulation of clichés and stuff that are comfortable to sing about because there is no chance to connect them with anything concrete.

What inspired you to take this stance and acknowledge this observation ? Any good reads you could share with us to get us inspired ?

We spent the last two years in Nantes and Caen with people out of the “punk scene” and noticed we had never been so active, building tangible things, opening to unexpected things and people than in those past two years (mostly in the associative café La Dérive in Nantes and the autonomous space La Pétroleuse in Caen).

Here are some recommendations that probably give some light about what we’ve said earlier:

In a lot of ways I think you can clearly see that when somebody’s really passionate about writing. Your project is beyond doubt one of such entities. What themes and subject do you touch on in these new songs ?

As we already said we felt really concerned by the yellow vests movement and its capacity to deeply rethink some political issues. It truly affected the lyrics on this record and gave us some fresh air, guiding us out of the world we were stuck in. Moreover, this movement strengthened the idea that communities cannot be built from a single point of view of from a bunch of records that sound the same. Following several weeks of movement, as we were convinced that « flames are everywhere now », we thought it would be smart to focus on some « directions » took by these flames so we wrote the songs and lyrics based on this very idea. The theme of « personality cult » is also a significant one, as it is a disease that spreads from liberals to anarchists and must be fought. Overall, the « identity thing » is a prison that has to be destroyed. In contrast, we also wrote lyrics about the importance of friendship and community on this records as they are the last two things that can still save us.

Apart from the message, what musical works have inspired you lately?

Some of us are very into SELF DEFENSE FAMILY and their unique combination of words and music. The recent records of LITOVSK (Dispossessed) and HEAVY HEART (Love Against Capture) really caught us too. And of course we can’t get rid of BATON ROUGE (but who can?).

Continued below – the lyrics:

CHAVIRE drummer by Laure Ghilarducci

CHAVIRE drummer by Laure Ghilarducci

Lyrics:

SUR AUCUNE CARTE

Il y a un devenir, qui demeure en chaque chose et pas une ligne de notre prose dans leurs livres. Une rupture qu’on désire, une question qu’on repose selon nos mots, en toute chose nous délivre. Nos histoires singulières, sont encore à écrire. Repartir de soi, pour mieux s’abandonner, une façon de se répéter « ne crois pas avoir de droits ». Plus de norme, plus de loi, pas de justice à retrouver ; un chemin à dessiner, une éthique de la joie. « Mais qu’est-ce que ça veut dire, ces distances indivisibles qui se modifient sans cesse » ? Il n’y a pas de monde à sauver, mais des mondes à construire, des fragments à trouver.

ALICE, 1977

Il y a la pureté étouffante qui se garde de toucher quoi que ce soit, celle qui fait triompher la posture, sur chaque geste, sur chaque mouvement. « Le pouvoir n’est pas seulement là où se prennent des décisions horribles, mais partout où le discours enlève le corps, la rage, le hurlement, le geste de vivre ». Mais comment vivre ? Car ce qu’il nous faut à présent c’est un nouvel imaginaire, pour esquiver les pièges de notre temps, capable de passer au travers. Il n’y a pas de pureté de quoi que ce soit, pour nous qui ne jouons que de malchance, il y a l’amour, les corps qui dansent, une manière d’être au monde et à soi.

K. & K.

Il y a ce qu’on a cru être vrai, le « MOI », le « JE », ces tristes fictions, des promesses de vies augmentées, d’accomplissement individuel, que l’on passe son temps à chercher là où partout nous sommes seuls, parce que nulle part de toute façon. Il n’y a rien de plus détestable que ce qui persiste par la force de l’habitude.

« Et si, quant à moi, ma nature se délivre de sa coutumière imperfection,
Si le sang se délivre de sa coutumière imperfection d’antan :
Alors, assurément, cela ne provient pas de toutes les choses mauvaises,
Mais de ce que mon sang, ma chair, de natures imparfaites,
Se secouent et rejettent loin d’eux leur imperfection.

Pour celui dont la face n’est divisé d’aucun signe,
Tu les prononceras en abondance, les paroles,
Pour tous les destinés à la terre indestructible,
À la terre éternelle que nulle petitesse n’altère.
Toi, Vous ! »

PARRÊSIA

Il y a ce que nous ont appris les faussaires, dans la résonance, dans l’écho, dans la surenchère. « Tant va la croyance à la vie, à ce que la vie à de plus précaire, la vie réelle s’entend, qu’à la fin cette croyance se perd ». Apprendre à dessiner les flammes qui ornent les lignes de crêtes, sur lesquelles dansent évidemment ceux pour qui la vie est une fête. Séchées les larmes, hauts les cœurs, de ceux qui habitent en poètes ! « Bâtir. Habiter. Penser. », voilà l’esquisse d’une vérité, une ligne fabuleuse à dessiner puisque l’époque demande des vérités.

PARADES

Il y a ce nombre incalculable, de batailles menées en secret pour nous décoller à notre ombre. Il y a ces mondes impénétrables, sensibles et croissants dans nos ventres, quand le « NOUS » remplace le « ON ». Vous nous avez fait en nous sachant malheureux et vous voudriez que nous le soyons aussi, qu’à notre tour nous portions les larmes que vous n’avez pas réussi à sécher. Car au fond vous saviez qu’il n’y a ici ni printemps, ni été, ni lendemains enchantés. Des parades pour percer la nuit, des balades pour crever l’ennui. Il y a là une guerre, diffuse mais palpable, un procès de civilisation, de pacification vulgaire. « Eh bien la guerre ! », la seule valable, une vérité invincible. Tu n’habiteras nulle part, il n’y a nulle part où habiter, maintenant que les flammes sont partout.

AUX CONTREVENTS

Il y a au départ ce mensonge, que l’on a trop souvent entendu, dont nous nous sommes défendu et que nous avons pourtant étonnement fait nôtre : « On ne peut plus rien faire à présent, tout est déjà perdu, qu’y a-t-il à attendre maintenant » ? Tout justement, nous ne sommes plus jamais tout à fait seul, vraiment. Voilà peut-être même le secret des vivants, ceux qui vibrent, qui sentent, sont traversés par les vents. C’est marre du noir, des chants inconsolables qui crient au désespoir, qui glacent et paralysent. Il faut des mots qui disent notre joie imbattable, celle qui fait lâcher prise et brûle dans nos regards. « Qu’importe où nous allons, honnêtement. Je ne le cache pas […] Qu’importe ce qu’il y a au bout. Ce qui vaut, ce qui restera. »

SORBONNE, 1968

Il y a peu de choses qui trompent les affres du temps, la joie évidemment, l’amitié dont on dispose ; « Tout ça a prouvé, Carmela, que la Commune n’est pas morte ». Il y a des lieux de vie, il y a des lieux de vitalité, il y a des lieux pour les vivants, qu’il s’agit maintenant de trouver. “Les mouvements n’en finissent plus, de faiblir et de s’essouffler” affirment les journaux affolés, catégoriques et résolus. « Après Dieu, l’art est mort, que les curés ne se la ramènent plus. Contre toute survie de l’art. Contre le règne de la séparation ». Toutes les choses sont communes, voilà bien une certitude pour la date opportune dont ceci n’est que le prélude.

QUELQUES TRACES INSAISISSABLES

Il y a encore des souvenirs du temps bon, qui rompent le sort, réactivent les passions. Ce qui nous rend fort, nous délivre à raison, redonne corps à ce qui bâtit la maison. Car toutes les villes, sont semblables et sans saveur, sans deux ou trois êtres pour leur redonner cette épaisseur qui manque tant aux choses, pour réconcilier les vivants. À ces amis, forcément. D’aussi loin qu’on se tienne, il n’y a peut-être que ça qui nous sauve du désastre, de la perte, des fracas. D’aussi loin que se tiennent nos récits à plusieurs voix, qui disent l’amitié vraie, sans les mots même, parfois.

« Siffle des airs voyous, marche le regard dur,
Dans les joncs ton talon écrasant des couvées
Découpe dans le vent en coquilles dorées
L’air des matins d’avril et cravache l’azur. »

COMMENT FAIRE ?

« Il y a vingt ans, c’était le punk, le mouvement de 77, l’aire de l’Autonomie, les Indiens métropolitains et la guérilla diffuse. D’un coup surgissait, comme issu de quelque région souterraine de la civilisation, tout un contre-monde de subjectivités qui ne voulaient plus consommer, qui ne voulaient plus produire. » Elles ont quitté les usines, elles ont quitté les foyers, elles ont marché au plus loin et promis de ne jamais rentrer. Ce dont ils nous accusent c’est de conspirer. Mais conspirer veut dire, respirer ensemble. À nos façons nous sommes leurs fils et leurs filles, de ceux qui marchent sans savoir où aller, enfants perdus, s’avançant déballés, conspirant sous nos allures volubiles. « Qu’est-ce que je peux faire ? Je ne sais pas quoi faire » ? Plus de ligne de chance, puisqu’à l’évidence c’est rarement une chance, la guerre.
GODOT

Il y a ce moment qui dit que tout est à réinventer, ce temps révolu, ces fleurs fanées. Un rideau sur scène pour tenter de cacher ce qu’on ne croit plus pouvoir nous sauver. Aucune forteresse n’est assez sûre, pour se protéger du monde qui nous entoure, aucun fragment ne survit retranché, loin des puissances qui nous parcourent. « Ce qui est certain, c’est que le temps est long dans ces conditions, et nous pousse à le meubler d’agissements qui, comment dire, qui peuvent à première vue paraître raisonnables, mais dont nous avons l’habitude. Tu me diras que c’est pour empêcher notre raison de sombrer. C’est une affaire entendue. Mais n’erre-t-elle pas déjà dans la nuit permanente des grands fonds » ? Pour bâtir la maison, il faudra commencer par se déserter : rompre avec ce monde, faire sécession, c’est se déserter, soi-même.

“Now that flames are everywhere” – CHAVIRÉ premiere new record, share a vivid snapshot of imaginative writing
IDIOTEQ.com ads
Comments
To Top